logo de la BnF logo de la BnF
Médailles et Antiques de la Bibliothèque nationale de France
 
Désignation générale : 

patère

patère de Rennes

Création / Exécution : 

210 (vers)

Lieu de découverte : 
Date de découverte : 
26/03/1774
Précisions sur la découverte : 

Au sujet de la trouvaille de Rennes de 1774 voir Archives 3 AMC 33 (questionnaire sur les conditions de trouvaille de la patère).
Trouvé lors de la démolition d’une maison du chapitre de la ville. La patère était enfouie à 6 pieds de profondeur, avec des monnaies romaines de Néron à Aurélien, une chaîne d’or (Chabouillet.2564) , 4 monnaies de Postume (Chabouillet.2561, 2562, 2563) serties à jour, une fibule d’or (Chabouillet.2687) ainsi que des ossements humains.
Tous ces objets avaient été volés en 1831 et déposés dans la Seine, sous une des arches du Pont Marie.
Matières et techniques : 

or (massif, martelé, repoussé ciselé)

Mesures : 

H. 3.4 cm, D. 25.2 cm, Poids 1.315 g
D. médaillon central : 14 cm ; D. médaillons du marli : 3,5 cm ; D. aurei 1,9 à 2 cm
D. pied 8,6 cm

Description : 

médaillon :
L’emblema représente un défi entre Bacchus et Hercule ou plutôt une allégorie illustrant le triomphe du vin sur la force. Bacchus, couronné de lierre et de pampres, est assis sur son trône, au pied duquel est une panthère; le dieu tient de la main gauche son thyrse et de la droite un rhyton en forme de pavot qu’il lève fièrement. Il est accompagné de Silène, Pan jouant de la syrinx, un bacchant jouant de l'aulos et trois ménades couronnées de feuilles de vigne. Aux côtés de Bacchus, Hercule, assis sur un rocher, partiellement couvert de la léonté, tient dans sa man droite un canthare tandis qu'il s'agrippe de sa main gauche au rocher sur lequel il est assis comme s'il allait en tomber.

autour du médaillon :
Une frise encadre le sujet principal et complète la composition: c’est Bacchus triomphant d’Hercule. Bacchus représenté à demi-couché dans son char, traîné par deux panthères, est précédé par Hercule, complètement ivre, qui s’avance en chancelant, soutenu par deux bacchants.
Un défilé de bacchantes et de bacchants.
Une couronne de laurier entoure l’emblema.

bordure :
Seize monnaies romaines encastrées au milieu de couronnes, alternativement formées d’acanthe et de laurier. Ces monnaies sont des aurei d’empereurs ou d’impératrices de la famille des Antonins, d’Hadrien à Géta.

La coupe est vraisemblablement un donum, cadeau impérial à un fidèle serviteur, spécialement un soldat. Elle est postérieure à la monnaie la plus récente, datée du deuxième consulat de Géta, fin 208 – début 209 et antérieure à l’assassinat de Géta, fin 211, et à sa damnatio memoriae qui aurait interdit l’emploi d’un aureus à son image. Elle doit cependant dater d’avant la nomination de Géta comme Auguste, fin 209, évènement d’importance qui aurait été répercuté . Le fait que la personne qui a commandité la coupe ait pu avoir le choix des émissions et qu’il s’agisse de frappes d’une fraicheur parfaite, suggère un atelier impérial ; comme le montre la cohérence et la complexité de son programme iconographique , reflet de l’idéologie sévérienne, elle résulte d’une commande officielle, peut-être de Septime Sévère lui-même.

Mode d'acquisition : 
Date de l'acte d'acquisition : 
1774
Ancienne(s) appartenance(s) : 
Numéro d'inventaire : 

inv.56.94
Autre(s) numéro(s) : 

chabouillet.2537
Bibliographie : 

The Berthouville Silver Treasure and Roman Luxury. Los-Angeles : 2014, p.66; p.160-164, fig.99.

Aghion, Irène. Collecting Antiques in 18th century France: Louis the 15th and Jean-Jacques Barthélemy. 2002, p.193-203.

Brenot C., Metzger, C.. “Trouvailles de bijoux monétaires dans l’occident romain” in l’Or Monnayé III. Paris : Editions du Centre National de la Recherche Scientifique, 1992, p. 324.

Vrai ou Faux? Copier, imiter, falsifier. Paris : BnF, 1988, pp. 73-74.

LIMC III. 1986, Dionysos-Bacchus 112.

Monuments Piot. 56, 1969, p. 23 fig.6 (Stern).

Foucher, Louis. "La patère de Rennes", in Annales de Bretagne. 1986, p.511-523.

Lefèvre, G.. "le trésor du chapitre et la patère de Rennes" in Annales de Bretagne. 1960, p.93-97.



Powered by WebMuseo

Plan du site