logo de la BnF logo de la BnF
Médailles et Antiques de la Bibliothèque nationale de France
 
Désignation générale : 

calice

"Calice de Gourdon"

Création / Exécution : 

2e moitié 5e siècle

Lieu de découverte : 
Date de découverte : 
1845
Précisions sur la découverte : 

Découvert fortuitement par une bergère, dans les dernières années du règne de Louis-Philippe.
Cette patène a été découverte avec le calice (inv.56.96) et 104 sous d’or et tiers de sous, le plus récent datant des environs de 530. Le trésor se composait de 20 solidi et 5 triens de Justin, 14 solidi et 63 triens d’Anastase, 1 solidus de Léon, 1 solidus de Zénon. Toutes les monnaies sont burgondes, les plus récentes frappées dans un atelier burgonde conquis par les Francs. L’enfouissement du trésor se situe au moment de la conquête de la Bourgogne par les Francs, probablement vers 530, avant la conquête franque et l’avènement de Théodebert en 534. On a supposé qu'il s'agissait d'objets liturgiques du monasterium Gurthonensis, cité par Grégoire de Tours.
Matières et techniques : 

or

grenat

malachite

Mesures : 

H. 7.4 cm, D. 4.4 cm, Poids 107 g

Description : 

Le calice en or à deux anses et à pied reprend la forme des canthares antiques, indice probable d'une datation haute (fin du 5 siècle?). Le bord de la coupe est décoré de huit feuilles réunies par des rinceaux formés d'un filigrane : six feuilles cordiformes (lierre?) dont deux, sous les anses, à pointe vers le haut, sont incrustées de grenats, tandis que sur chaque face, deux autres, à pointe vers le bas, incrustées de malachite entourent deux feuilles de vigne, dont les incrustations (grenats?) ont disparu. Les feuilles sont serties dans des alvéoles en relief bordées d'un filigrane et entourées par des rinceaux en filigrane. Cette frise végétale est cantonnée par deux fils d'or lisses retenus par 16 petits anneaux. La partie inférieure de la panse et le pied conique évasé sont godronnés. La jonction du pied à la coupe est dissimulée par un fil perlé. Les anses se terminent en tête de griffon à courte crête, les yeux sertis de grenats, dont le bec repose sur la lèvre.

Mode d'acquisition : 
Donateur(s), testateur(s) ou vendeur(s) : 
Date de l'acte d'acquisition : 
12/08/1846
Ancienne(s) appartenance(s) : 
Numéro d'inventaire : 

inv.56.96
Autre(s) numéro(s) : 

Chabouillet.2359 ; reg.C.1868
Bibliographie : 

Isabelle Bardiès-Fronty., Villela-Petit, Inès., Denoël, Charlotte. Les temps mérovingiens : trois siècles d'art et de culture (451-751). Paris : RMN, 2016, notice 64-65 (Marco Aimone).

Rome et les barbares, la naissance d’un nouveau monde [cat.exp.]. Ecole Française de Rome, 2008, p.338-339.

Vallet, Françoise. Les mérovingiens: de Clovis à Dagobert. Paris : Gallimard
Direction des Musées natinaux, 2005, p.120.

Adams, Noël. “ The development of early garnet inlaid ornaments ”, dans BALINT C., dir., Kontakte zwischen Iran, Byzanz und der Steppe im 6.-7. Jahrhundert. 2000, p.35-38.

Les Francs, précurseurs de l’Europe. Paris-musées, 1997

La naissance des arts chrétiens. Atlas des monuments paléochrétiens de la France. Paris : Imprimerie Nationale, 1991, p.29-30.

Arrhenius, Birgit. Granatschmuck und Gemmen aus nordischen Funden des frühen Mittelalters. Stockholm : 1971, p.106-110.

Lafaurie, Jean. “le trésor de Gourdon (Saône et Loire)”, Bulletin de la Société nationale des Antiquaires de France, p.61-76. 1958

Chabouillet, Anatole. Catalogue général et raisonné des camées et pierres gravées de la Bibliothèque impériale. Paris : 1858, n°2359.

Rossignol, Cl.. "Lettre à M. le comte de Salvandy, ministre de de l'Instruction publique, sur le trésor de Gourdon", dans Mémoires de la Société historique et archéologique de Chalon-sur-Saône. 1846, p.287 sq (lettre du 28 décembre 1845).



Powered by WebMuseo

Plan du site