logo de la BnF logo de la BnF
Médailles et Antiques de la Bibliothèque nationale de France
 
Désignation générale : 

inscription

"“Edit de Nazareth”"

Création / Exécution : 

1er siècle

Lieu de découverte : 
Précisions sur la découverte : 

Découverte : selon Froehner, envoyée de Nazareth en 1878
Pays : Israël
Site, Adresse - Lieu-dit, Lieu de découverte : selon Froehner, envoyée de Nazareth en 1878
Matières et techniques : 

marbre blanc

Mesures : 

H. 60 cm, l. 28 cm, E. 6 cm, Poids 37.2 kg

Description : 

Décret sur les violations de sépultures consistant en une inscription de 22 lignes en grec, comportant de nombreux “latinismes” :
" Il me paraît bon que tombeaux et tumulus - quiconque les a faits pour un culte rendu à des ancêtres, à des enfants ou à des parents - restent intangibles à perpétuité. Si quelqu’un dénonce une personne ayant soit fait disparaître soit extrait d’une quelque autre manière, soit déplacé les morts frauduleusement en d’autres lieux, en violation du droit des morts, soit ayant déplacés cales (ou plaques) et pierres, contre une telle personne, moi j’ordonne qu’il y ait un procès, comme (on le fait) - pour outrage aux dieux - contre les cultes rendus aux hommes. Il faudra en effet honorer davantage les morts. Qu’il ne soit permis absolument à personne de changer leur place. Mais sinon, moi, je veux que celui-là soit condamné à la peine capitale sous le chef d’accusation de violation de tombeau."

Selon Grzybek, l’édit serait dû à Néron et daterait des années après 62, quand l’influence de Poppée le conduisit à une politique anti-chrétienne. L’édit viserait les Chrétiens, accusés d’outrage aux dieux, ceux qui rendent un culte aux hommes (au sens large pour culte rendu à un homme). Une étude récente du marbre a cependant remis en question et la provenance de la stèle, sa datation et sa lecture. En effet l'analyse isotopique permettant de conclure à un marbre de l'île de Cos, l'inscription pourrait être mise en rapport avec une violation de sépulture connue par les textes, celle de Nicias, tyran de Cos, un partisan de Marc Antoine, dont la tombe fut profanée, le corps enlevé. L'édit aurait pu être arrêté à cette occasion par l'empereur Auguste.
cf. https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2352409X19306790?via%3Dihub

Mode d'acquisition : 
Donateur(s), testateur(s) ou vendeur(s) : 
Date de l'acte d'acquisition : 
1925
Ancienne(s) appartenance(s) : 
Numéro d'inventaire : 

Froehner.VIII.13
Autre(s) numéro(s) : 

L. Robert.70
Bibliographie : 

Robert Louis. Collection Froehner, I, Inscriptions grecques. Paris : 1936, n°70.

Grzybek, E, Sordi, M. L’édit de Nazareth et la politique de Néron à l’égard des Chrétiens” in Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, Band 120. 1998, p. 279-291.

Boffo, L.. Iscrizione greche e latine per lo studio della Bibbia. 1994, p. 319-333.



Powered by WebMuseo

Plan du site