logo de la BnF logo de la BnF
Médailles et Antiques de la Bibliothèque nationale de France
 
Désignation générale : 

plaque

"le Christ couronnant Romanos et Eudoxie"

Création / Exécution : 

avant 949
945 entre ; 949 et

Asie occidentale, Turquie, Marmara, Istanbul (lieu de création)

Epoque/Style/Mouvement : 

époque byzantine

Matières et techniques : 

ivoire d'éléphant

Mesures : 

H. 24.5 cm, l. 15.6 cm

Description : 

La plaque cintrée est occupée par trois personnages. Le Christ, debout sur un piédestal, pose les mains, en signe de bénédiction, sur les têtes d’un empereur et d’une impératrice, eux-mêmes sur une grande estrade. Le couple impérial désigne le Christ d’un même geste. Les inscriptions identifiant les personnages sont gravées dans le fond. Les trois personnages sont auréolés d’un nimbe perlé, celui du christ étant crucifère. Le piédestal du christ comporte différents niveaux : le niveau inférieur est circulaire et ornés d’arcatures et de cercles ajourés, le niveau médian est circulaire avec un motif de palmette, le niveau supérieur est rectangulaire et avec un motif de damier. Le Christ, les cheveux longs, barbu, est vêtu d’une robe sur laquelle est drapé un manteau bordé d’une bande gravée. il est chaussé de sandales. Jusqu'en 1926, le couple impérial était identifié comme Romain IV et Eudoxie. I. Kalavrezou-Maxeiner, suivie de D. Gaborit-Chopin, ont montré que l'aspect juvénile et l'absence de barbe de l'empereur indiquaient un empereur associé et non régnant. il s'agit donc plutôt de Romanos, fils de Constantin Porphyrogénète, associé à l'empire en 945, et de son épouse, Berthe, fille de Hugues de Provence, roi d'Italie, qui reçut lors de son mariage en 944, le nom d'Eudoxie. L'ivoire serait une oeuvre des ateliers impériaux de Constantinople, entre 945 et 949, date de la mort d'Eudoxie.
L'empereur, imberbe, porte une robe, une tunique (sagion) ornée de cercles et de motifs perlés. Le loros décoré de carrés bordés de perles est drapé par-dessus, le pan étant ramené sur le bras gauche, laissant apparaître le revers orné d’une croix. Il porte des bottines perlées. Sur ses cheveux longs, se trouve une lourde couronne gemmée (stemma), avec sur le front une grosse pierre surmontée d’une croix. 2 pendants avec une croix aux extrémités tombent du diadème. Eudoxie porte la même tunique par-dessus une robe aux poignets ornés. Elle porte une chlamyde agrafé sur l’épaule par une grosse fibule ronde, perlée et ornée de cercles perlés, et un tablion sur la poitrine. Elle est également chaussée de bottines perlées. La couronne comporte ici en partie supérieure un décor de motifs triangulaires ajourés.
Par son style et de nombreux détails iconographiques, cet ivoire s'insère dans l'art de la Renaissance macédonienne.
Jusqu'à la Révolution, il décorait la reliure d'un évangéliaire du 11e siècle, encore conservé à la Bibliothèque de Besançon (ms.90)

Mode d'acquisition : 
Donateur(s), testateur(s) ou vendeur(s) : 
Date de l'acte d'acquisition : 
entre 22/11/1805 et 21/12/1805
Ancienne(s) appartenance(s) : 
Numéro d'inventaire : 

inv.55.300
Autre(s) numéro(s) : 

Chabouillet.3268
Bibliographie : 

Byzance - L’art byzantin dans les collections publiques françaises. RMN, 1992, p.232, n°148.

Chabouillet, Anatole. Catalogue général et raisonné des camées et pierres gravées de la Bibliothèque impériale. Paris : 1858, p. 568.

Marion du Mersan, Théophile. Histoire du Cabinet des Médailles, antiques et pierres gravées. Paris : 1838, p.20.

Aréthuse. Paris, 14, 1927, p.129-135, pl. XVI.



Powered by WebMuseo

Plan du site