logo de la BnF logo de la BnF
catalogue
 
catalogue > Notice d'oeuvre
© Base Daguerre ; © BnF
© Base Daguerre ; © BnF
Désignation générale: 

boîte de moulages

"Impronte gemmarie, Centuria I"

Création / Exécution: 

Cades, Tommaso
Italie, Latium, Rome (lieu de création)
1831

Matières et techniques: 

plâtre

Mesures: 

H. 35,5 cm, l. 22 cm, E. 5,2 cm

Description: 

Le coffret appartient à la série des Impronte Gemmarie dell’Instituto, dite « Centurie », chaque coffret contenant cent moulages. La série a débuté en 1831 à l’initiative de l’Instituto di corrispondenza archeologica de Rome, fondé en 1829 par Eduard Gerhard, Theodor Panofka et August Kestner avec le soutien intellectuel et financier du duc de Luynes. Sept livraisons se sont succédées : les deux premières Centurie en 1831, les deux suivantes en 1834, les cinquième et sixième en 1839, vendues sept scudi pièce. Les moulages sont l’œuvre de Tommaso Cades (1772-1840), graveur romain en pierres dures. Après la mort de celui-ci, la dernière Centuria, en 1868, a été commandée à un autre graveur, Antonio Odelli.
Les moulages sont ceux d’intailles, pâtes de verre, camées et scarabées découverts dans les fouilles des grandes nécropoles étrusques de Vulci et Cerveteri, entre 1829 et 1868, et publiés dans le Bullettino dell’Instituto (1831, p.104-112 ; 1834, p.113-128 ; 1839, p.97-112). Ils servaient donc d’illustrations en 3D à cette publication, à laquelle le duc de Luynes a beaucoup participé, l’ensemble formant une sorte de « base de données » sur les pierres trouvées en fouilles, et donc en contexte archéologique, puis rapidement dispersées dans des collections privées, telles celles du duc de Blacas, du docteur Nott, du prince de Canino, sculpteur Thorwaldsen. La liste donnée dans le Bullettino précise le sujet, le matériau et le nom du possesseur.
Ici la boîte comporte une liste des moulages, de la main du duc de Luynes, qui donne leur iconographie, sujet principal de ses préoccupations, avec parfois des précisions (« style étrusque » ; « sujet insignifiant »). Nous ne savons combien le duc de Luynes, membre actif de l’Instituto, avait acheté de Centurie, ni s’il s’est contenté –ce qui semble étonnant - de ce premier volume, correspondant à la période où lui-même se trouvait en Italie.

Mode d'acquisition: 
Ancienne(s) appartenance(s): 
Numéro d'inventaire: 
2013.513.10

Bibliographie: 

Revue de la Bibliothèque nationale de France.



Powered by WebMuseo

Plan du site