logo de la BnF logo de la BnF
catalogue
 
catalogue > Notice d'oeuvre
© Serge Oboukhoff ; © BnF-CNRS-Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès
© Avisseau-Broustet, Mathilde
Désignation générale: 

bague à chaton

"Pénélope affligée"

Création / Exécution: 

4e quart 5e siècle av JC

Lieu de découverte: 
Matières et techniques: 

or (gravure)

Mesures: 

H. 1 cm, l. 1,8 cm

Description: 

L’image d’une jeune femme assise, songeuse, la tête inclinée appuyée sur sa main, attitude qui dès l'Antiquité symbolise la mélancolie, est assez courante dans l’art grec dès l’époque archaïque. Ici, vêtue d'un chiton et d'un himation qui recouvre sa tête, formant un voile, elle est assise sur un diphros, petit tabouret à pieds tournés, vue de trois-quarts, le pied droit posé sur un repose-pied, le pied gauche au sol. La comparaison avec d’autres œuvres permet de préciser l’identification : Plusieurs bagues d’iconographie similaire offrent des détails complémentaires, soit un arc dans le champ, soit, sur une bague de l'Asmolean Museum à Oxford , l’inscription « Pénélope ». Il s’agit donc de l’épouse du héros Ulysse qui, durant les vingt ans d'absence de ce dernier, repoussa les avances des prétendants, en tissant une tapisserie qu'elle défaisait la nuit. L’arc fait allusion à la mort des prétendants, tués par les flèches d’Ulysse. Une plaque de Milo, en terre cuite, du milieu du 5e siècle av. J.-C., conservée au musée du Louvre , associe à la même figure Ulysse, reconnaissable à son pilos, petit bonnet conique, tandis qu’un vase du « peintre de Pénélope », vers 430 av. J.-C. , la représente devant un immense métier à tisser. La position, reprise encore au tournant de notre ère à Rome sur des plaques décoratives, dites plaques Campana , devient symbole de l’affliction et peut être utilisée pour d’autres héroïnes, avec des variantes. Ainsi les rochers remplacent le tabouret sur les images d’Ariane abandonnée par Thésée .
L’utilisation de ce motif sur des bagues féminines en or de la fin de l’époque archaïque et de l’époque classique en Grèce, a pu vouloir exprimer amour et fidélité.

Mode d'acquisition: 
Donateur(s), testateur(s) ou vendeur(s): 
Date de l'acte d'acquisition: 
1862
Ancienne(s) appartenance(s): 
Numéro d'inventaire: 
inv.56.Luynes.515

Autre(s) numéro(s): 
Luynes.515 (Inv.116)

Bibliographie: 

Ève ou La folle tentation [cat.exp.]. Autun : 2017, n°45, p.187.

Ulisse, il mito e la memoria. Rome : 1996, p. 437.

LIMC VII. 1994, p.292, Penelope, n°7*.

Gauer, W.. Penelope, Hellas und Perserkönig: Ein hermeneutisches Problem, in JdI 105. 1990, p.34, n°18.

LIMC III. 1986, p.1078, Astarte (#), n°1*.

Mactoux, Marie-Madeleine. Pénélope : légende et mythe. Paris : les Belles lettres, 1975, p.78, n°2.

Boardman, John. Greek Gems and Finger Rings. Early Bronze to late Classical. Londres : 1970, p.220, pl. 687.

Touchefeu-Meynier, Odette. Thèmes odysséens dans l’art antique. Paris : 1968, n°385, pl.40.8.

Furtwängler, Adolf. Die antiken Gemmen. Leipzig : 1900, 1, pl.X, 34.

Babelon, Ernest. Le Cabinet des antiques à la Bibliothèque Nationale : choix des principaux monuments de l'Antiquité, du Moyen-âge et de la Renaissance, conservés au département des médailles et antiques de la Bibliothèque nationale. A. Lévy, entre 1887 et 1888, p.164, pl.47.



Powered by WebMuseo