logo de la BnF logo de la BnF
catalogue
 
catalogue > Notice d'oeuvre
© Serge Oboukhoff ; © BnF-CNRS-Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès
© Serge Oboukhoff ; © BnF-CNRS-Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès
Désignation générale: 

médaillon

"Vénus sur un lion"

Création / Exécution: 

3e siècle av JC

Lieu de découverte: 
Matières et techniques: 

Or (jaune foncé)

grenat

pâte de verre (?)

Mesures: 

D : 39,8 mm
Ep : 11,30 mm

Description: 

Vénus à demi-nue chevauchant un lion en course. Un génie ou amour est présenté sur la croupe de l’animal, jouant des crotales. Sous le lion est figuré un silène agenouillé, les mains liées derrière le dos. Décor animé sur le pourtour par des rosettes granulées et des incrustations de pierres de couleur.

description technique :
Médaillon composé de plusieurs éléments en feuilles d’or.
La feuille circulaire centrale est estampée sur une matrice en positif, comme semble le suggérer les traces de pointes mousse à la surface qui attestent d’un travail sur la forme. Des incisions ont été exécutées ensuite pour détailler le pelage de l’animal.
Cette feuille est ornée sur son pourtour d’une alternance d’ornements: rosette formé de 7 granules de calibre moyen-gros régulier et très bien disposés ; 6 cloisons en fil plat de chant à dents de scie incrustées de pâte de verre verte (4) ou de grenat (2). Les alvéoles sont entourées d’anneau de granules. La disposition de ces ornements est presque symétrique, malgré les vallonnements et les quelques écrasements que présentent la feuille.

Autour de cette composition, un gros fil ouvragé régulier, mais usé sur certaines de ces surfaces, permet de faire le lien avec la bandelette rectangulaire posée de chant qui entoure la feuille.
La bandelette est perforée de deux grosses perforations parallèles de part et d’autre du médaillon, permettant sa suspension. Les rebords de la feuille perforée forme une sorte de fil autour des perforations.
Une feuille simple plate, aujourd’hui cabossée, est soudée à cet ensemble.

L’objet est creux mais a été rempli avant fermeture d’une substance en pâte argileuse ou siliceuse qui semble épouser la forme de la représentation. Cette substance a pu aider à la mise en forme du décor estampée de la feuille principale, mais il permet aussi à l’objet d’être plus résistant aux coups et aux manipulations, car les feuilles semblent assez fines et donc l’objet est fragile.

Soudure fine des décors. La feuille formant le fond a ses bords qui sont parfois relevés pour bien adhérer à la bandelette; la soudure est peut-être aux sels de cuivre mais le brasage semble venir soutenir la fixation à certains endroits.

Ep. granule : 0,6-0,7 mm
Ep. fil ouvragé : 0,9 mm

Mode d'acquisition: 
Donateur(s), testateur(s) ou vendeur(s): 
Date de l'acte d'acquisition: 
14/01/1854
Ancienne(s) appartenance(s): 
Numéro d'inventaire: 
inv.56.143

Autre(s) numéro(s): 
chab.2554 - reg.D.3370

Bibliographie: 

De Ridder, André. Collection de Clercq VII. Paris : 1911, p. 248.

Fontenay, E.. Les bijoux anciens et modernes. Paris : 1887

Chabouillet, Anatole. Catalogue général et raisonné des camées et pierres gravées de la Bibliothèque impériale. Paris : 1858, p. 375.

Mentions légales

Powered by WebMuseo

Plan du site