logo de la BnF logo de la BnF
catalogue
 
catalogue > Notice d'oeuvre
© Serge Oboukhoff ; © BnF-CNRS-Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès
© Serge Oboukhoff ; © BnF-CNRS-Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès
Désignation générale: 

scarabée

"scarabée de coeur à tête humaine"

Epoque/Style/Mouvement: 

nouvel empire

Lieu de découverte: 
Précisions sur la découverte: 
Pays : Egypte

Matières et techniques: 

serpentine (noire)

Mesures: 

L. 6,2 cm
d’après Caylus : longueur : deux pouces quatre lignes ; plus grande largeur un pouce huit lignes

Description: 

Scarabée à tête humaine comportant la formule du chapitre 30 du Livre des Morts et le nom du défunt Hornef au dos ; le revers est en forme de cœur, les ventricules indiqués par deux décrochements.
Le scarabée est symbole de renouveau et d’immortalité, associé aux forces génératrices du soleil car lorsqu’il sort du sable en reculant, il entraîne avec lui une boule de couleur rougeâtre qui rappelle la marche du soleil d’orient en occident. Les Egyptiens croyaient que le scarabée mâle se reproduisait tout seul et renaissait de sa propre décomposition.
Les scarabées, généralement de couleur noire, symbole de la fertilité de la terre ou verte, couleur de la renaissance, parfois dorés, étaient posés sur la poitrine des momies à l’emplacement du cœur ou parfois remplaçaient le cœur lui-même pendant qu’il était momifié.
L’inscription au revers est copiée du chapitre 30 B du Livre des Morts contenant la formule par laquelle le défunt recommande à son coeur de ne pas témoigner contre lui au cours de la psychostasie. Le coeur du mort devient son témoin, à charge ou à décharge, devant le tribunal d'Osiris. Les plus anciens évoquent la forme d’un cœur, mais au Nouvel Empire, certains, comme celui-ci, sont complétés par une tête humaine.

Mode d'acquisition: 
Donateur(s), testateur(s) ou vendeur(s): 
Date de l'acte d'acquisition: 
entre 1752 et 1765
Ancienne(s) appartenance(s): 
Numéro d'inventaire: 
Inv.53.1035

Autre(s) numéro(s): 
Caylus.V.VII.1-3

Bibliographie: 

Caylus, A.C de Tubières, comte de. Recueil d’ Antiquités égyptiennes, étrusques, grecques et romaines. Paris : Desaint et Saillant, entre 1752 et 1767, t.V pl.VII 1-3 et p.20-21.

Mentions légales

Powered by WebMuseo

Plan du site