logo de la BnF logo de la BnF
catalogue
 
catalogue > Notice d'oeuvre
Désignation générale: 

intaille

"Sceau avec buste de femme"

Epoque/Style/Mouvement: 

époque sassanide

Lieu de découverte: 
Matières et techniques: 

onyx (à trois couches, travaillé en nicolo, chaton à biseau évasé)

Mesures: 

H. 4,4 cm, l. 3,4 cm, E. 0,4 cm

Description: 

Cette grande intaille est exceptionnelle dans la glyptique sassanide par ses dimensions, sa forme, son sujet et son inscription.
Sa forme ovale, très plate, à bords en biseaux, s’apparente à celles des intailles romaines ; la matière, une sardonyx à trois couches, brune, blanc bleuté et gris clair, est taillée en creux de sorte que le sujet ressorte en clair sur le fond sombre, usage courant dans la glyptique romaine, mais très rare dans la glyptique sassanide qui a privilégié les pierres monochromes, le grenat pour les œuvres les plus luxueuses, les agates et calcédoines pour les plus courantes.
Le sujet et l’inscription l’insèrent par contre dans la glyptique sassanide de luxe. Une jeune femme est représentée à mi-corps, coiffée de quatre longues tresses, le visage tourné de profil à gauche, le buste de face. Ce modèle se retrouve sur d’autres pierres, ainsi sur deux autres intailles du Cabinet des médailles, un cabochon de cornaline et un dactylioïde d’agate, avec la même coiffure et la même disposition, mais sans tiare. Ici la jeune femme est luxueusement parée, la tête couverte d’une coiffe perlée, d’où sort une petite mèche en accroche-cœur au-dessus de l’oreille. La coiffe est sommée de deux grandes cornes de bélier entre lesquelles s’étale une feuille de marronnier et entourée à sa base d’un diadème noué à l’arrière de la tête, avec deux longs fanons. Cette tiare complexe se retrouve sur un plat sassanide de la Walters Art Gallery à Baltimore (USA), où elle est portée par une jeune femme festoyant avec un roi (Yazdgird II (448-457) ou un roi imitant sa couronne). Ce peut être la couronne personnelle d’une épouse royale ou une couronne de fantaisie. De luxueux bijoux complètent la tenue : une boucle d’oreille à pendant en goutte et un collier à deux rangs de perles rondes et cabochon central en pendentif. Le vêtement est indiqué par des groupes de trois traits, sur les épaules et sur le buste, qui suggèrent un tissu fin et plissé, transparent, sous lequel transparaît la poitrine.

L’inscription pehlevie, gravée en écriture lapidaire sur le pourtour, permet d’identifier le portrait, comme celui de « Yazdān-Friy-Shābuhr, très chérie de Shāpur, roi des rois, fils de Shāpur ». Il ne peut s’agir de la reine, puisqu’elle ne porte pas le titre officiel de « reine des reines » mais plutôt d’une épouse secondaire ou d’une favorite du roi Shapur III, roi de 383 à 389, dont certains historiens comme, au 10e siècle, Al-Mas'ûdî, rapportent qu’il a porté le titre de Shapur fils de Shapur. A cette époque-là, en Occident, l’art de l’intaille connaît un net déclin alors qu’il est en plein essor dans le royaume sassanide.
L’intaille était faite pour servir de cachet, puisque l’inscription se lit sur l’empreinte et non sur la pierre. Elle a pu servir à sa propriétaire à sceller un coffret ou une porte.
Acquise par Henri Seyrig sur le marché de l’art, cette luxueuse intaille proviendrait d’une trouvaille faite à Nogram, village de la frontière du Nord-ouest du Pakistan, et aurait occupé la partie centrale d’un diadème d’or orné de pierres précieuses, malheureusement fondu par un bijoutier.

Marques et inscriptions: 

inscription
Pehlvi

Précisions sur les marques et inscriptions: 
yazdān-friy-šābuhr ī mahist prēstamag šābuhr ī šāhan šāh ī, šābuhrān, "Yazdān-Friy-Sābuhr, la plus grande aimée de Sābuhr Rois des Rois, fils de Sābuhr"

Ancienne(s) appartenance(s): 
Numéro d'inventaire: 
Seyrig.1974.1080

Autre(s) numéro(s): 
20.A.1 (catalogue)

Bibliographie: 

Betti, Fabio Eugenio. Modelli e iconografie tra Roma e la Persia in due camei sasanidi della Bibliothèque nationale de France. 2008, p. 541-562.

Gyselen, Rika. Catalogue des sceaux, camées et bulles sassanides. I. Collection générale. Paris : Bibliothèque nationale, 1993, pp. 88-89.

Curiel, R.., Gignoux, Philippe. "Sur une intaille sassanide du Cabinet des médailles de Paris", Studia Iranica 4. 1975, p.41-49.

Gyselen, Rika., Gignoux, Philippe. "la glyptique des femmes à l'époque sassanide", Archeologica Iranica et orientalis. Miscallenae in honorem Louis Vanden Berghe. Gand : 1989, p. 877-896.

Gyselen, Rika. "Sasanian seals : owners and reusers", in Engraved gems from antiquity to the present. Leyde : 2017, p.86 fig.3 et p.88.

Mentions légales

Powered by WebMuseo

Plan du site