logo de la BnF logo de la BnF
catalogue
 
catalogue > Notice d'oeuvre
© BnF
© BnF
Désignation générale: 

camée

"Shapur Ier vainqueur de Valérien"

Création / Exécution: 

Asie occidentale, Iran (lieu de création)
après 260

Epoque/Style/Mouvement: 

époque sassanide

Matières et techniques: 

sardonyx (à trois couches, taille en camée)

Mesures: 

H. 6,8 cm, l. 10,3 cm, E. 0,9 cm

Description: 

Capture par le roi sassanide Shapur Ier (240-270/72) de l’empereur romain Valérien (253-260). Les deux antagonistes se font face, le premier saisit son ennemi par le poignet, qui tente de se défendre de son glaive. Le dynaste sassanide porte une barbe courte mais épaisse, nouée au bout du menton. Sa tête est surmontée d’un globe décoré de lignes convergentes. Les fanons de son diadème et les bouts de sa ceinture voltigent derrière lui. L’empereur romain, alors âgé de 67 ans, offre un visage juvénile et imberbe. Il est lauré et cuirassé, le paludamentum flottant dans son dos.
Il s’agit là de la représentation d’une scène historique, fait exceptionnel dans la glyptique antique, la capture de l’empereur Valérien en 260 par Shapur lors de la bataille d'Edesse (Turquie actuelle) où les troupes romaines furent anéanties par les Sassanides. Ce triomphe a eu un grand retentissement dans l'Empire sassanide et la capture de l'empereur romain a été représentée sur plusieurs monuments, comme sur des bas-reliefs de Naqsh-i Rustam (Iran).

La rareté des camées dans l'art sassanide, réservés à l'image impériale, l'adoption de techniques propres à l'art gréco-romain (camée à trois couches avec une bordure en relief de trois couleurs), la présence d'incohérences dans la représentation du souverain sassanide (les jambes semblent nues au lieu d'être couvertes des pantalons traditionnels, le korymbos ou globus, issu du haut chignon rond caractéristique des souverains sassanides, est fixé sur une sorte de casque et non sur la couronne royale) contrastant avec l'exactitude des détails de la tenue de son adversaire (cuirasse musclée, paludamentum), suggèrent qu'il s'agit de l'oeuvre d’un artiste romain, issu d'une région conquise ou prisonnier de guerre. En 256 les Sassanides avaient conquis la cité grecque d'Antioche, grand centre artistique, et fait de nombreux prisonniers.

Mode d'acquisition: 
Donateur(s), testateur(s) ou vendeur(s): 
Date de l'acte d'acquisition: 
24/05/1893
Ancienne(s) appartenance(s): 
Numéro d'inventaire: 
camée.360

Autre(s) numéro(s): 
reg.L.3558

Bibliographie: 

Seymour, Michael, Fowlkes-Childs, Blair. The World between Empires: Art and Identity in the Ancient Middle East. New-York : Metropolitan Museum, 2019

Betti, Fabio Eugenio. Modelli e iconografie tra Roma e la Persia in due camei sasanidi della Bibliothèque nationale de France. 2008, p.541-554.

Vollenweider, M.-L.., Avisseau-Broustet, Mathilde. Camées et intailles, II, Les portraits romains du Cabinet des Médailles. Paris : Bibliothèque nationale de France, 2003, p.202, n°257.

Gyselen, Rika. Catalogue des sceaux, camées et bulles sassanides. I. Collection générale. Paris : Bibliothèque nationale, 1993, p.198.

Babelon, Ernest. Catalogue des camées antiques et modernes de la Bibliothèque nationale. 1897, pp. 193-194.

Monuments Piot. 1894, I, p.85-98 (article de Babelon).

Mentions légales

Powered by WebMuseo

Plan du site